NOUVEAU !

"Courbet, reviens, ils sont devenus fous !"

Le président du conseil général de la Somme a censuré une exposition qui devait avoir lieu à la bibliothèque départementale. 26 dessinateurs connus pour leur travail en lien avec la littérature de jeunesse avaient joué le jeu et proposé des oeuvres coquines : Gilles Bachelet, Michel Backès, Christophe Besse, Michel Boucher, Nicole Claveloux, Jean Claverie, Frédéric Clément, Isabelle Forestier, Claire Forgeot, André François, Alain Gauthier, Bruno Heitz, Louis Joos, Lionel Koechlin, Léo Kouper, Georges Lemoine, Daniel Maja, David Merveille, Alan Mets, Jean-Charles Sarrazin, Marcelino Truong, Tomi Ungerer, Zaü, Albertine Zullo.
Excusez du peu !



Affiche de Léo Kouper / Exposition Pour adultes seulement


Prétexte avancé : l'exposition porterait atteinte à l'image de la femme.
J'y vois un retour de l'ordre moral le plus bas de plafond qui soit... Je suis une  femme ! Je sais bien ce qui porte atteinte à ma dignité. Et ce ne sont pas des dessins comme ça. Oh, non ! Je ne vais pas commencer la liste ici, ce serait déprimant. ( Tiens, comme le fait qu'on repeint systématiquement en rose les chambres des petites filles dans les émissions de déco à la télé!!)
Rappel : les artistes ont pour fonction de déréaliser le monde !
C'est eux qui nous le donnent à voir, à comprendre, à rêver. L'exposition avait pour sous-titre "pour adultes seulement" et allait être accrochée dans un lieu auquel les enfants n'ont pas accès. Alors ????
Alors...allons enfants brûler "l'origine du monde" que Gustave Courbet peignit en....1866.
Comme le temps passe, n'est-ce pas !

Pour en savoir plus, cliquez ici, ici,ici ou encore ici


ET aussi ...

Dans le cadre du Marathon des mots, je suis allée écouter André Brink, l'auteur de "Une saison blanche et sèche", à la librairie de la Renaissance à Toulouse.


J’ai été bouleversée de l’entendre évoquer les années sombres de l’apartheid. Quand Steve Bico est mort sous la torture, Brink a envisagé de tout arrêter. Ecrire lui paraissait indécent. Ses amis l’ont convaincu de continuer. Ils ont bien fait.

A sa sortie de prison, Nelson Mandela lui a dit que ses livres l’avaient aidé à vivre. Brink a pensé alors qu’il pouvait mourir là. Sa vie avait eu un sens.

Ses mots m’ont poursuivie. On n’écrit pas pour rien. Je veux dire : on n’écrit pas sans origine et sans but. Même si les mots de mes textes ne sont que des poussières à côté de l’œuvre majeure de Brink, ils cherchent à atteindre quelque chose dans celui qui les lit. S’agit-il d’apprécier la légèreté des choses ou la profondeur d’un mal de vivre ? S’agit-il de montrer une route ? S’agit-il de mots d’amour ou de regrets ? Je ne le sais pas vraiment moi-même. Cependant une chose est certaine : ils sont en quête de l’autre. Et les enfants sont parmi les autres les plus beaux.


Il y a quelques années, au salon du livre de Montreuil, une dame est venue me parler de mon album « Tukaï, l’enfant sorcier ». Comme elle semblait bien le connaître je lui demandais pourquoi elle en achetait un autre exemplaire. Elle était hématologue dans un grand hôpital parisien.

« Nous accueillons des enfants africains venus subir chez nous une opération lourde ou des traitements auxquels ils n’ont pas accès chez eux, m'a-
t-elle expliqué. Nous leur lisons votre livre et nous avons remarqué qu’il leur donne du courage. »

J’éprouve à nouveau cette même émotion en écrivant ses lignes.

A chacun son Mandela…

Il n’y a rien de pire que de se contenter de peu… à part peut-être de ne servir à rien.






Le salon de Montauban, c'était le week-end dernier.
INVENTAIRE :

Cerises  sucrées (en direct du verger)
Retrouvailles souriantes
( Barroux, Antoine Guilloppé,Claire Garalon, Thierry Dedieu, Gérard Moncomble, Michel Piquemal, Olivier de Solvinihac...)
Tambours intempestifs et festifs ( moi, jadore !)

Enfants intimidés (" Tu me reconnais, je suis dans la classe d'Isabelle. Tu es venu hier..")
Parents légèrement embarassés ("Il nous a beaucoup parlé de vous. Il parait que vous faites de la salade avec vos livres ?")

Maîtresses complices ( elles sentent mon expérience du "faire classe", ça les rassure. Elles sont soulagées de voir que la rencontre s'est bien passée.)
Dédicaces personnalisées ( je me casse la tête ! J'essaye de trouver quelque chose de nouveau... Je n'aime pas avoir l'impression de bégayer. Mais bon, ce n'est pas toujours facile. 
A Richard Bohringer qui m'a dédicacé un livre il y a longtemps, j'ai emprunté la formule "Bonne route" que j'aime beaucoup. Je l'utilise parfois au pluriel. Comme une invitation à mutiplier les envies, les choix, les désirs, les parcours.... J'évoque le "grandir", les images, les mots, l'humour... la légèreté des choses...


" Pour Camille,
une histoire juste comme ça, pour sourire et puis voilà !"

....et....
parapluies bariolés
( eh oui! il a plu...mais cela n'a pas découragé les lecteurs!)

Retrouvez le travail des écoles de Montech, Montauban, Orgueil et Lauzerte
en cliquant sur la page
  "dans les écoles"


ET AUSSI ...

Vous connaissez Lauzerte? C'est un village médiéval à quelques kilomètres de Montauban. J'ai rencontré les élèves de l'école maternelle.
( Le gardien de la porte de l'école, au pied d'un bouquet de coquelourdes...)

L'œil fripon, ne ratant aucune occasion d'éclater de rire, sachant apprécier l'humour des mots et des situations… des enfants comme on en voudrait partout ! Ils poussent au milieu des vergers, des vignobles et des champs de melons, à l'ombre des murailles quasi millénaires...ça leur réussit. Ils se sont révélés des jeunes lecteurs attentifs, accueillants et créatifs.  Je vais ajouter leurs productions à la page "dans les écoles"! Martine, la directrice ( elle met à jour quotidiennement le blog de l'école ! Chapeau, maîtresse!)  m'a filmée en train de lire mon "Mystère au palais"! Tout est à craindre ! Je vais essayer de récupérer le film et si ce n'est pas un "dossier" trop cata, je mettrai le lien !

Il semble que le village tire son nom des lézards qui y sont parait-il, fort nombreux. Quelques photos en souvenir ...
Voici ce que l'on voit de la cour de l'école ! Pas mal, non ?
"Sauf les jours d'enterrement !" précisent les maîtresses ! L'oeil du touriste ne voit pas tout ! La preuve !
 
A quelques pas de l'école, une place entourée de couverts...
dominée par un clocher dont la girouette est en forme de ... lézard !
Lauzerte est une halte sur le chemin de Compostelle. Un peu partout dans la campagne, des marcheurs convergeaient vers le village. Une tradition vivante. Cherchent-ils leur Dieu? Se cherchent-ils eux-mêmes? Les deux sans doute...

ET aussi ...
Mon agenda se remplit doucement mais sûrement ( oui, je sais, c'est un cliché!).
Les 18, 19, 20 et 21 novembre, je serai à Pézenas pour un salon du livre qui porte un bien joli nom : "La maman des poissons". C'est une ville que j'aime beaucoup et je me réjouis d'aller y travailler. Une rencontre avec les professionnels de la petite enfance est prévue. Remue-méninges autour de la litté jeunesse! Ca me va !

En décembre, les 10 et 11 exactement, je serai à Fronton, tout près de Toulouse. Petit salon qui débute où j'irai en voisine. Pas de décalage horaire en perspective !
Et les organisateurs du salon de Saint-Orens m'ont contacté hier ... Mais c'est pour janvier 2011... On a le temps d'en reparler !

ET aussi ...

Il y a quelques mois, un jour que je poussais mon caddy dans un super-marché, j'ai senti mon téléphone vibrer. Un MMS. Pas de message. L'image seule.
La voici ...
C'était Anne Romby, qui , à sa façon légère et délicate, me disait qu'elle était au travail sur mon texte, "Amani, faiseur de pluie."

Cela fait plusieurs années que nous avions décidé de travailler ensemble.Mais la vie vous réserve de ces moments qui vous dévore le coeur et l'énergie... alors ce n'est qu'à présent qu'Amani va voir le jour.
L'album sortira chez MILAN au mois de septembre.
Le temps n'est pas toujours un ennemi !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire