C'est pas parce qu'il pleut qu'il faut être malheureux !


Hier, j'étais à Saint-Bertrand de Comminges....

Le lieu est saisissant... un Mont-Saint-Michel pyrénéen en quelque sorte. Il y faisait froid, la Garonne toute jeune à ce endroit menaçait de sortir de son lit...mais les bénévoles des JLJ ont fait merveille. J'ai donc rencontré des élèves qui avaient, tout comme moi, écrit un texte sur des images proposées par Christian Louis, plasticien et auteur. Mais ce que j'ai décidé de partager avec vous, ce sont les visages réjouis de Parafine et des Glaneurs... Souvent, sur les salons du livre, on croise des artistes de l'éphémère, animateurs de rues et de places de village. Ils lisent des poèmes dans un mégaphone ou dans un tuyau, jouent de la musique, chantent une vieille chanson de Bourvil ou de Fréhel...ils réunissent, rassemblent, font naitre des sourires et des complicités. En voici deux exemples...heu...exemplaires !!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire