Après les princesses, une gardeuse d'oies !

     Dans la légende familiale, le troupeau d'oies est une figure centrale. Ma mère, quand elle était petite fille, fut encornée par un taureau. Enfin, pas exactement mais je ne connais pas le verbe qui saurait décrire ce qui lui arriva ce jour-là. Le taureau la souleva de terre et l'envoya de l'autre côté du fossé, au milieu des orties. Elle ne fut pas blessées. Le dieu des pâtres et des bergers devait veiller sur elle. Mais mon grand-père décida de ne plus jamais lui confier la garde des vaches. Le taureau l'avait prise en grippe et cela risquait de devenir très dangereux. C'est ainsi que notre petite Thérèse se retrouva en charge du troupeau d'oies. Elle m'a souvent raconté à quel point elle s'ennuyait, au cours de ces longues journées! "Je n'avais pas de livre", me disait-elle. Alors pour se distraire, elle leur nouait des rubans autour du cou, leur donnait des noms, leur parlait en occitan. Ces volailles étaient capricieuses et infidèles. Elles filaient et traversaient la route, au risque de se faire écraser par les rares voitures qui, à cette époque là, sillonnaient le Comminges. Ma mère les poursuivant, les injuriant copieusement en patois au grand plaisir de ses grands frères et grandes sœurs qui se moquaient gentiment d'elle et de ses déboires. Cela me fut souvent raconté par Elise, la sœur aînée de ma mère qui l'imitait de façon drolatique.
J'aime ses souvenirs. Ils font partie de moi. Ils structurent mon imaginaire. Il n'est donc pas étonnant qu'ils figurent aujourd'hui dans une de mes histoires. Après deux albums où il était question de princesses (certes dégourdies et pleines de sagesses), il me paraissait urgent de revenir au peuple, aux gens de la terre. 
Cette gamine-là ressemble à ma mère. Elle ne s'avoue pas vaincue. Elle se bat et avance. 
J'ai dédié l'album à notre Thérèse, en souvenir de ce qu'elle fut et de ce qu'elle nous a légué, d'amour et de courage. 
Je remercie Sophie Lebot, qui, sachant que la présence des oies n'étaient pas anecdotique dans l'histoire, a tenu à les faire figurer sur la couverture. Il y a des gens comme ça...  

Et pour en voir un peu plus, vous pouvez aussi regarder ceci...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire